Le théâtre d’été du CIA

Accueil » Événement » Le théâtre d’été du CIA

Metteur en lecture : Matieu Gaumond

Le samedi 7 juillet à 15 h 30, avec cocktail-dînatoire (sur réservation seulement)
Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée, d’Alfred de Musset

Avec Joanne Simard et Félix Delage-Laurin
Le comte se rend chez la marquise un après-midi d’hiver.

Lisez le commentaire sensible du metteur en scène Matieu Gaumond sur le texte de Musset.

Le samedi 4 août à 19 h 30
Petits crimes conjugaux, d’Éric-Emmanuel Schmitt

Avec Nicole-Marie Rhéault et Joël Fillion
Piéce policière. Gilles, amnésique, retourne chez sa femme…
Un suspense étonnant sur le couple.

Le samedi 25 août à 19 h 30
Monsieur Lovestar et son voisin de palier, d’Eduardo Manet

Avec Alexis Gaumond et Joël Fillion
Monsieur Lovestar termine un enregistrement lorsque surgit Ramon Federico Salcedo, son voisin de palier.

Le vendredi 19 octobre à 19 h 30
LA RÉVOLTE, d’Auguste de Villiers de L’Isle-Adam

Avec Ariel Charest et Jack Robitaille
Élisabeth choisit de tourner le dos à son foyer pour se libérer d’une société qui l’étouffe.

 

Toutes les représentations sont à 20 $, sauf le cocktail dînatoire (membres 50 $, non-membres 60 $, reçu d’impôt).

Matieu Gaumond, metteur en lecture de cette pièce, nous présente LA RÉVOLTE d’Auguste de Villiers de l’Isle-Adam.

Le Centre d’interprétation de l’ardoise vous convie à la superbe pièce de théâtre « LA RÉVOLTE »  d’Auguste de Villiers de l’Isle-Adam. Deux comédiens professionnels, Ariel Charest et Jack Robitaille se livreront un combat sans merci dont je signe la mise en lecture.
Une femme quitte son mari. Une situation qui semblerait ordinaire aujourd’hui, mais l’on est en 1870, à une époque où les femmes ne s’autorisaient pas à reprendre leur liberté.  
Cette femme, Élisabeth, dotée d’une force intérieure et d’un idéalisme absolu, brave les conventions et force le destin pour enfin respirer un peu de liberté…Cent cinquante ans plus tard, la révolte de cette héroïne pourrait servir de chemin pour bien des coeurs brisés.
Dans ce texte à vif, l’auteur signe une pièce pour le droit au bonheur. Un siècle et demi plus tard, qu’en est-il vraiment? Rien pour autant n’est résolu. Un drame terrible de violence envers une époque conformiste et matérialiste. 
Au plaisir de vous accueillir  pour cette quatrième et dernière pièce de la saison 2018.
Matieu Gaumond

Sujets des articles